Septembre, octobre, novembre 2006

Nous sommes le 12 septembre et j'entame ce journal de voyage. Après une lutte acharnée pour d'éventuels sponsors, la recette s'avère maigre : Michelin, le Vieux Campeur et Optic 2000 Bourges ont répondu favorablement à ce projet. De nombreuses entreprises et pouvoirs publics ne se sont même pas donnés la peine de répondre, les fondations ont toutes répondu négativement. J'en ai déduit que j'étais trop vieille (33 ans) pour demander un financement. Alors j'ai refait mes calculs avec des catalogues de matériel, j'ai diminué au maximum mon budget et puis j'ai fait mes comptes et je me suis dit qu'il fallait que je le fasse, même avec un tiers de mon budget financé. 

15833 euros, c'est tout juste le prix d'une voiture neuve que je n'achèterai sans doute jamais au cours de ma vie (par choix et par goût). Alors, j'ai foncé...

Le 15 septembre, j'ai commandé mon vélo chez BSbikes à Genève (un Koga Miyata).

Le 3 octobre, j'ai déposé ma demande de congé sabbatique auprès de ma directrice.

Le 14 octobre, j'ai acheté tout le matériel technique au Vieux Campeur à Lyon.

Le 27 octobre, j'ai consulté un médecin en médecine tropicale au CHU de Grenoble et j'ai commencé la série de vaccinations.

Le 2 novembre, j'ai signé un contrat d'assurance rapatriement chez Axa assurance pour les expatriés. Trouver une assurance pour un voyage au long court qui soit reconnue par le consulat russe a été un parcours du combattant.

Le 3 novembre, je suis allée chercher mon vélo à Genève. Il est beau, c'est Noël avant l'heure !!

Le 4 novembre, j'ai fait le contrôle technique de ma voiture que je vendrai avant de partir pour financer encore une partie de mon rêve.

Le 9 novembre, j'ai reçu la lettre m'accordant un congé sabbatique de 11 mois... CHAMPAGNE!!!!!!

Le 14 novembre, je suis allée chez ma dentiste pour une visite de contrôle. La lampe du fauteuil était cassée... Elle m'a demandé si je lui avais lancé un sort (je suis terrorisée par l'idée d'aller la voir).

Le 24 novembre, j'ai fait mes dernières vaccinations au CHU : la rage (et oui, cette fois-ci je l'ai et plus au symbolique!!), l'encéphalite japonaise et la fière typhoïde.

Pendant tout ce temps, je me suis entraînée : footing, vélo, travail des côtes, natation...

Voilà pour les mois de septembre, octobre et novembre... sans oublier les contacts pris avec les écoles.

L'école de Victor Hugo dans l'Isère et la classe de Laurent Faure qui fera peut-être un roman ou une bande dessinée du récit de mon périple. Je rencontrerai les élèves le 16 décembre. Cela promet d'être une belle rencontre.

L'école de Levet dans le Cher et la classe de Philippe Girault très intéressée par mon projet. Les enfants travailleront en français et en géographie autour de mon projet. Une correspondance par mail a déjà commencé. Sur l'éducation à l'environnement, ils ont une multitude de projets : jardin bio de 200m2 où ils fabriquent leur compost, plantent des graines provenant d'un échange avec le Bangladesh.

J'ai annoncé mon départ aux enfants de l'ITEP de Bourgoin-Jallieu le 6 décembre. Les grands de l'atelier cuisine ont décidé de faire une vente de pizzas et de tartes aux pommes au profit de mon voyage. Leurs réactions ont été surprenantes et leurs questions intéressantes. Ils m'ont demandé si ma tête allait bien et si je n'étais pas folle !! Est-ce que j'allais manger du chien, des alligators, des insectes, des serpents ? Où j'allais dormir ? Comment j'allais faire pour communiquer avec eux et avec les gens des différents pays ? Un enfant m'a dit : "rien que l'idée d'aller chez mon copain en vélo à 5 km, ça me fatigue, alors là..."  Un autre m'a dit que j'allais revenir avec des cuisses énormes... Ils n'ont pas manqué d'imagination !! Les éducateurs commencent à s'approprier le projet. J'espère pouvoir ramener des graines pour le jardin de Florent, des infos pour le journal de l'école, travailler sur la géographie et la cuisine avec Saïd et Laurence, et sur l'ouverture au monde avec les institutrices.

Une quatrième école sera intégrée à mon projet : l'école du Paradis de Madame Pacheco, directrice, à Saint Doulchard dans le Cher, ville où sont implantées les usines Michelin. Elle a pour projet de travailler sur l'Asie et la Chine.

Le mois de décembre s'annonce tout aussi agité : finir les préparatifs, finaliser la vente de la voiture et l'assurance pour le vélo, préparer les multiples séparations, qui même si elles sont provisoires, vont être difficiles.

Je vais profiter de ce journal pour remercier une nouvelle fois l'entreprise Michelin qui grâce à son aide financière et, cerise sur le gâteau, un GPS Europe, me permet de partir et de réaliser mon rêve. Leur charte qualité sur l'environnement et la création d'un pneu vert (avec une bande de roulement diminuant les frottements d'où une moindre consommation d'énergie et donc de carburant) me semblent être un bon de départ pour un partenariat solide.

Maintenant, il ne me reste plus qu'à fêter Noël en famille et boucler mes bagages...

Le premier mois de mon voyage, je serai accompagnée de Florence Gervais. Elle voulait goûter les joies du voyage à vélo. C'est donc un baptême pour elle, nul doute qu'elle attrapera le virus du cyclo-voyage.