Camping Platz 29/08/2007

Il faut quand même dire un mot des campings allemands. C'est un bonheur! L'herbe est bien verte, presque fluo, bien tondue. Les terrains sont souvent plats et près des lacs, permettant la baignade (sauf en cette fin août où il fait déjà très frais). Les sanitaires sont toujours impeccablement propres et l´accueil toujours sympathique. Bref, une fois que l´on s´est fait aux pistes cyclables et que l´on a une bonne carte, ça vaut vraiment le coup de venir pédaler en Allemagne l´été.


Environnement 30/08/2007


En Allemagne, pas une journée où je n´ai vu des éoliennes, il y en a partout. Des poubelles "je trie" à chaque coin de rue, y compris dans les campings. Les Allemands utilisent souvent des produits bio. Je n´ai pas eu la chance de visiter une école pour cause de vacances mais d´après mes discussions avec les uns et les autres il y a des concours dans les écoles pour résoudre des problèmes liés à l´environnement. Rien de tel pour développer l´esprit de groupe et de recherche que de chercher ensemble des solutions générés par l´émulation d´un concours.
Globalement les campagnes et les fossés sont propres sauf parfois, encore et toujours, la même marque de fast food au fond d´un fossé. Je ne comprends pas pourquoi ces gens, qui gagnent des millions, n'imaginent pas quelque chose contre cette pollution. je n'ai jamais vu non plus de campagne de publicité de cette marque disant "ne jetez pas les emballages dans la nature". Dans les bibliothèques, un grand rayon enfant est consacré à la découverte de la nature. Je suis de plus en plus convaincue que le premier stade de l'éducation à la  protection de l'environnement passera par une meilleure connaissance du milieu et de la nature.



Halmen 27/08/2007

Après 105 km et un survol d'Hanovre (visite de 2h sans lâcher le vélo), je suis arrivée à Halmen assez tard. J'étais assez fatiguée car je m'étais énervée comme rarement à cause des pistes cyclables qui me font faire 3 fois le tour de la ville et là, les Allemands, je ne les aimais plus du tout!!! Et puis comme par hasard, j´en ai rencontré un qui est venu spontanément vers moi pour me demander ce que je cherchais. Un camping, comme souvent. Il m´a fait traverser la ville et m'a accompagnée jusqu´au camping. Ensuite, trois couples qui étaient installés à côté de moi sont venus me parler. Quand je leur ai dit que j´avais fait 12000 km depuis Saigon, ils n'en revenaient pas. Ils m'ont demandé où était le moteur de mon vélo. On a bien ri. C'était d'autant plus sympa qu'une des dames parlait français, ce qui n'a pas été chose courante au cours de ces 8 derniers mois. Le lendemain, j'ai été invitée au petit dej avec thé et tartines de beurre et de miel préparé gentiment par un des hommes, un autre m'a offert une petite bouteille de vin rouge et la dame qui parlait francais m'a donné de l'argent pour mon repas de midi!!! Moi qui pensais que l'Europe serait sans rencontre! J'ai décidé de ne plus pester après les pistes cyclables...


Berlin 22/08/2007



Bloquée. Tout c'est bloqué à Berlin: mon genou gauche et mon vélo. J'ai dû rester 4 jours, le temps de remettre en état mon vélo et de trouver la force de continuer et de repartir. Pendant ces 4 jours j'ai été accueillie et hébergée par Evelyn et Godehard, deux Berlinois rencontrés en Mongolie eux aussi sur leurs vélos. Ils m'ont très gentiment accueillie sur leur canapé, m'ont prêté un guide, une carte et je suis partie à la découverte. Le centre touristique est très éclaté tout simplement car la fin de la guerre en a fait disparaître une grande partie. J'ai survolé la ville entre deux averses. C'est une ville intéressante qui mérite que l'on s'y attarde pour vivre aussi sa vie nocturne (ce que je n'ai pas fait). Beaucoup de jeunes trentenaires, d'enfants et beaucoup de vélos. La ville est quadrillée de pistes cyclables, le cycliste est prioritaire sur les voitures et c'est assez plat. Du coup je me
serais de nouveau crue à Pékin! D'ailleurs l'Allemagne tout entière est truffée de pistes cyclables et il est parfois difficile de s'y retrouver. Si vous êtes sur la route pour les voitures, vous vous faites klaxonner. J'ai eu un peu de mal les trois premiers jours, moi qui prenais les voies express et les quatre-voies en Pologne!! Maintenant que je suis rodée, je vais avoir des difficultés à me réhabituer à me faire frôler par les gros camions belges! Récemment, j'ai visité Munster et il y a des zones entières réservées pour que les vélos se garent, tout à fait Pékin... Pendant ces 3 jours avec Evelyn et Godehard, on est allé en voiture (pas mal, parfois, de faire 150 km sans effort!) vers le lac de Muritz, voir leurs amis. Nous sommes allés au restaurant manger du poisson fumé (différentes sortes de poissons fumés), un délice. Là aussi, accueil très chaleureux et souriant. Globalement, les Allemands que j'ai rencontré ont toujours été sympathiques, serviables et plutôt dynamiques.