Liège, le 2/09/2007


Deux jours également pour traverser la Belgique…
C’était étrange d’arriver dans ce pays où tout est écrit en français et où je peux parler français… Pharmacie, église, mairie, poste, école… comme à la maison. Nostalgie déjà après un court moment de joie de retrouver ma langue maternelle.
Ici aussi, des pistes cyclables commencent à se développer comme en France les voies vertes. C’est ainsi que je me retrouve à suivre l’Ourthe et je rencontre un sculpteur sur pierre. Il est en train de sculpter une salamandre alors devant la beauté de son travail je m’arrête pour discuter avec lui. Il s’avère être lui aussi cyclotouriste avec plusieurs voyages de quelques mois à son actif. Il me parle des retours et des fins de voyage, pas facile à vivre… Un grand moment de complicité nous unit pour un instant. On ne parle pas assez de la difficulté des retours. Y a-t-il des personnes pour lesquelles tout ceci est facile à vivre ??


Maastricht, le 01/09/2007

 C’est vraiment l’Europe : moderne, joyeuse, vacancière, on dirait presque insouciante. L’arrivée est imminente, je le sens de plus en plus. La modernité des bâtiments, le sourire et l’accueil des hollandais se confirment encore une fois. J’adore leur petit-déjeuner avec des pépites de chocolat que l’on met sur des tartines beurrées, un délice. Pour beaucoup aussi ici, les habitants se déplacent en vélo, il y a d’ailleurs des vendeurs et réparateurs dans chaque ville. J’en profite pour faire vérifier mon dérailleur arrière qui s’est très légèrement déréglé. En France, il faut laisser le vélo au minimum 8 jours, là-bas ça m’a pris une demie heure, j’ai enlevé les sacoches, ils m’ont pris mon vélo tout de suite, on a discuté mécanique ensemble et ils m’ont offert la révision !!
Pas plus hélas à raconter, je n’ai passé que 2 nuits dans un petit camping à la ferme très sympa…