RUSSIE

 

       

 

    ——  trajet provisoire prévu

 

Les coutumes, comportements et usages : l’âme russe est constituée d’une éblouissante profusion de coutumes, de croyances et de légendes millénaires. On ne se sert pas la main à travers un seuil de porte (frontière protégeant l’isba des forces maléfiques du monde extérieur). On ne verse pas à boire à quelqu’un la main tournée vers l’extérieur.

Le rythme de vie à l’école

Les heures d’ouverture des magasins : les administrations ouvrent de 9h à 17h et beaucoup de magasins russes sont ouverts du lundi au samedi de 8h à 20h, voire même 24h/24.

Les jours fériés et leur signification : le nouvel an : 1er janvier ; le noël russe orthodoxe : le 7 janvier ; la fête des défenseurs de la patrie : le 23 janvier ; la journée international de la femme : le 8 mars ; la fête du travail et du printemps : les1er et 2 mai ; la commémoration de la victoire de 1945 : le 9 mai ; la fête de la Réconciliation et de l’Accord : le 7 novembre ; la fête de la constitution : le 12 décembre.

La gastronomie : tout commence par les zakouski (entrées) : le caviar noir (ikra) ou rouge (œufs de saumon) et les autres « caviars » d’aubergine ou de courgette, le poisson fumé ou salé, les champignons, les « pirojki » (chaussé à la viande, au chou, aux champignons, etc.). Ensuite est servie la soupe « piervoye » : « chtichi » (soupe souvent au chou), « borchtch » (soupe à base de betterave), « oukha » (soupe de poisson). Le plat de résistance est appelé le « vtoroye » : les « goloubsti » (choux farcis), les « pelmieni » et les « varienniki (différentes sortes de bouchées). Et enfin, vient le tchaï (thé) accompagné de déserts : les « pirojki » (dessert fourré au coulis d’abricots ou de fruits rouges) ou les « blintchiki » (petites crêpes généralement fourrées.

Les systèmes de mesure : la Russie utilise le système métrique international et l’électricité est de 220 V.

Internet et les systèmes de communication : environ 1 dollar de l’heure pour internet.

Le coût de la vie : environ 30 dollars par jour à Moscou ; les trajets en métro valent 0,15 dollars.

Les religions : les chrétiens orthodoxes sont majoritaires (51 %) ; l’islam représente 7 %. On trouve aussi le chamanisme en sibérie.

La monnaie : le rouble (r) ; 1 euro = 35 roubles.

Les saisons, le climat : la Russie est un pays immense qui présente donc des climats très variés ; les températures se refroidissent du sud au nord, mais aussi d’ouest en est.

Le décalage horaire : quand il est 13h à Bourgoin-Jallieu ou à Bourges, il est 15h à Moscou et 20h à Irkoutsk.

Les sports pratiqués : le « baybanya », mélange de sauna, bain de vapeur, massage et plongeon dans l’eau glacée, est une activité pratiquée hebdomadairement. Ils pratiquent tous les sports olympiques.

L’artisanat : les « palekh » : boîtes en bois émaillés ; les « khokhloma » : bol, timbale et cuillère en bois peint en or, en rouge et noir ; les « gzhel » : porcelaine décorative bleue et blanche ; les « savovars » : ustensile pour le thé ; les « chkatoulki » : boîte peinte en papier mâché ; sans oublier les châles colorés, les sculptures sur bois ou sur os, les pierres semi-précieuses, l’ambre et bien sur, les « matriochkas » : série de poupées en bois qui s’emboîtent les unes dans les autres.

L’environnement : les Russes ont un rapport extrêmement sentimental avec leur terre. La politique environnementale a connu des hauts et des bas. La Russie qui est un pays froid n’a pas intérêt à agir contre le réchauffement de la planète, car un degré de plus dans les températures moyennes pourrait réduire la facture du chauffage. Pourtant, la Russie est signataire du protocole de Kyoto. La Russie manque de ressources pour répondre aux différents défis environnementaux, notamment le problème des déchets radioactifs.

Les sibériens, pourtant très proches de la nature, ne la respectent pas toujours (nombreuses décharges sauvages, déforestation, pollution du lac Baïkal par l’industrie papetière, etc.).

La langue : le russe dont l’alphabet moderne comprend 33 signes.